Record battu des taux de prêt immobilier depuis 2016

D’après l’observatoire Crédit Logement/CSA, le taux des crédits immobiliers n’a jamais été aussi bas d’après un constat de l’observatoire Crédit Logement/CSA. En effet, depuis mai 2019, la moyenne toutes durées confondues serait tombée à 1,29 %, c’est à dire en dessous du record de 1,33 % observé en octobre-novembre 2016. Autre élément essentiel du financement d’une habitation, l’assurance emprunteur est un levier à ne pas négliger.

Des taux plus bas que les records de 2016

Les taux des prêts à l’habitat poursuivent leur dégringolade et ont atteint en mai un seuil historique de faiblesse à 1,29 %.

Ils ont été donc divisés par 4 depuis le début des années 1990 et par 10 depuis le début des années 1990.

Une des raisons principales de cette chute des taux repose sur l’abondance de liquidités, doublée par une politique monétaire actuelle de la BCE (Banque Centrale Européenne) très accommodante pour les banques, qui peuvent désormais se refinancer à un taux proche de zéro et ainsi en faire profiter leur clientèle.

Selon les professionnels de l’immobilier, dans un contexte de croissance économique faible, ce recul des taux de crédit devrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin de l’année 2019.

Il n’est plus obligatoire de présenter un dossier en « béton » pour pouvoir négocier les meilleurs taux. Aujourd’hui il est possible d’emprunter à des taux inférieur à 1 % voire même jusqu’à 1,23 % sur une durée de 25 ans. Cependant si le dossier présenté est solide, il permet de négocier des décôtes encore plus intéressantes.

Des prix en hausse mais un marché qui tient bon

Face à une telle faiblesse des taux, notamment sur des durées de 25 ans, les futurs acquérants optent pour durée de remboursement plus longue dans le but d’alléger les mensualités et augmenter leur pouvoir d’achat.

Ces conditions exceptionnelles du marché compensent difficilement la hausse des prix de l’immobilier, cette situation limite malheureusement l’augmentation de la surface achetable. Selon les courtiers, le gain de surface à 0,15 m² à Bordeaux et 0,13 m² à Strasbourg entre avril et mai, tandis qu’il a diminué à Paris de 0,12 m² et de 0,07 m² à Marseille.

La renégociation de l’assurance de prêt : plusieurs milliers d’euros d’économies

Outre les nouveaux souscripteurs, les ménages qui détiennent un crédit immobilier peuvent gagner à le renégocier, même s’ils ont décroché un bon taux au départ.

Cette opération ne peut être rentable que si le contrat de prêt soit dans ses premières années et qu’il reste 70 000 euros de capital dû au minimum. Mais surtout, on constate une différence d’au moins 1 point entre les taux du premier et du nouveau prêt.

Pour réaliser des économies sur le coût de son financement, le taux n’est pas n’est pas l’unique solution. En effet, l’assurance de prêt immobilier est en effet le levier le plus efficace aujourd’hui pour payer moins cher, puisque dans certains cas, le TAEA (Taux Annuel Effectif d’Assurance) peut être supérieur au TAEG (Taux Annuel Effectif Global).

Il est donc plus que jamais primordial de chercher une offre individuelle beaucoup moins chère que l’assurance groupe de la banque prêteuse, en mettant en concurrence différentes compagnies indépendantes (effectuer votre simulation en 2 minutes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *