Votre crédit immobilier moins cher grâce à l’assurance de prêt

Bien que non imposée par la loi, la souscription d’une assurance est quasi systématique pour couvrir un crédit immobilier. L’objectif pour les banques est de se protéger contre une éventuelle défaillance de son client. Dans un contexte de taux très faibles, le poids de l’assurance sur le coût total du financement augmente. Faire jouer la concurrence sur cette protection devient ainsi un levier efficace pour réduire la facture.

Coût d’assurance majoré pour les assurés au profil atypique

Les taux d’intérêt des prêts logement peuvent varier notablement en suivant ceux des OAT (Obligation Assimilable du Trésor) à 10 ans, ces emprunts d’État utilisés comme référence par les banques pour établir leurs propres barèmes.

À l’inverse, le coût de l’assurance est stable, car uniquement basé sur le risque niveau de risque que la banque ou l’assureur va couvrir.

Celui-ci est déterminé suivant différents critères, dont l’état de santé du souscripteur, ses activités sportives ou son métier.

Par exemple, un assuré souffrant d’une maladie grave ou chronique ou qui fume est considéré comme présentant un risque aggravé de santé.

Pour éviter de payer une surprime excessive ou de voir sa couverture réduite par de nombreuses exclusions de garanties, il peut recourir à la convention AERAS, destinée à faciliter l’accès à l’assurance et au crédit de personnes dans une telle situation.

La pratique régulière d’un sport extrême et l’exercice d’une profession catégorisée comme dangereuse ou pénible par les établissements bancaires entraînent une majoration de la cotisation d’assurance emprunteur. C’est le cas des agents de la sécurité publique (gendarmes, policiers et militaires), des ouvriers en bâtiment et plus largement, tous ceux qui travaillent en hauteur, ainsi que les agriculteurs, les chauffeurs routiers, etc.

Réduire le coût du prêt grâce à la délégation d’assurance

Les taux d’intérêt des crédits immobiliers se situent toujours en dessous des seuils historiques de novembre 2016 et continuent à battre leurs records de faiblesse, mois après mois.

Aussi, la part relative de l’assurance emprunteur sur le coût global du projet est plus importante.

Pour réaliser des économies, les assurés doivent donc jouer sur le prix de cette couverture. La délégation d’assurance emprunteur est la solution la plus efficace pour y parvenir.

Instaurée par la loi Lagarde de 2010, la délégation consiste à recourir à un contrat individuel au lieu de l’offre de groupe des banques. Reposant sur la mutualisation des risques, ces polices collectives proposent des garanties et un tarif standards à tous les assurés, ce qui ne convient pas aux personnes ayant un profil atypique.

Pour celles exerçant un métier dangereux, le poids de l’assurance sur le coût total du crédit grimperait à 45 à 50 %, et les surprimes ou refus d’assurance sont légion.

Avec une couverture sur mesure, elles peuvent voir leur TAEA réduit de moitié, voire davantage, pour ne représenter qu’environ 25 % et 35 % du prix total.

Source : Meilleurtaux.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *