Baisse des taux de crédits immobiliers : 0,58% sur 20 ans

Les taux de prêts immobiliers continuent leur baisse pour le mois de septembre (jusqu’à 0,58% sur 20 ans). Voici les raisons de cette nouvelle baisse.

Nouveau record : 0,58% sur 20 ans

Les taux des crédits immobiliers n’en finissent pas de battre des records. Selon les courtiers en prêts immobiliers, même si toutes les banques n’ont pas encore donné leurs grilles de taux, la tendance qui se dessine sur le mois de septembre laisse entrevoir une nouvelle baisse des taux d’emprunt.

Selon Empruntis, il est désormais possible d’emprunter à 0.58% sur 20 ans. Si les taux les plus attractifs sont réservés aux meilleurs profils, le courtier estime que la tendance baissière est bien plus large et profite à l’ensemble des emprunteurs.

De son coté, VousFinancer indique qu’une grande banque nationale propose, avant négociation, des taux d’appel records : 0,25% sur 7 ans, 0,35% sur 10 ans, 0,60% sur 15 ans et 0,80% sur 20 ans (contre 1,40% en septembre 2018 sur 20 ans). Ces taux sont néanmoins réservés aux meilleurs dossiers : pour en bénéficier, il faut gagner plus de 80 000 € à deux et avoir plus de 15% d’apport, hors frais, soit 25% du montant du bien au total. Néanmoins, au global, le courtier estime que tous établissements confondus, les taux de crédit immobilier moyens sont encore baisse à 1,15% sur 15 ans, 1,35% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans.

Pourquoi cette nouvelle baisse ?

Pendant la période estivale les banques ont plutôt pour habitude de relever leurs taux afin d’éviter un afflux trop important de dossiers. Mais cette année il n’en a rien été. Plusieurs explications à cela. 

Tout d’abord, la semaine dernière, la Banque centrale européenne (BCE) a encore baissé son taux directeur (déjà négatif) de 10 points de base. Celui-ci est passé de – 0,40% à – 0,50%. Son objectif est d’inciter les banques à réinjecter leurs liquidités dans l’économie via le crédit et ainsi booster la consommation et l’emploi. En clair, une banque qui place 100 euros de liquidités auprès de la BCE, ne récupère que 99,5 euros. Les banques préfèrent donc prêter, même à taux (et rentabilité) très bas, plutôt que payer 0,5% pour déposer leurs liquidités inutilisées auprès de la BCE.

Les banques ayant toutes la même stratégie (placer leurs liquidités via le crédit), elles se livrent une concurrence féroce pour attirer les meilleurs profils. Cette concurrence pousse aussi à baisser les taux d’emprunt.

Quid du levier de l’assurance de prêt ?

Dans cette période de baisse significative des taux d’emprunts, une optimisation est encore possible. Celle de l’assurance de prêt. En effet, la loi permet, comme à tous les emprunteurs, de changer de contrat d’assurance à tout moment dans les 12 mois qui suivent la signature de l’offre de prêt. Au-delà de cette période, c’est l’amendement Bourquin qui s’applique pour toute demande d’assurance déléguée.

Source : Copyright © Mingzi (Boursorama.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *